Partenariat Scolarisation Majunga

           Novembre 2021


Madagascar a faim et soif

Nous sommes le 14 décembre. La pluie n’est pas encore arrivée.

Le climat de Madagascar se caractérise par deux saisons principales, avec des variantes selon les régions et les années : une saison sèche d’avril à septembre et une saison des pluies d’octobre à mars. Le sud du pays, très pauvre, subit une sécheresse exceptionnelle. Les médias internationaux en parlent.

Mais c’est tout le pays qui souffre. Les conséquences sont catastrophiques : pénurie alimentaire, voir famine, forte hausse prévisible du prix du riz et de tous les produits de consommation courante (les Produits de Première Nécessité), manque d’eau potable dans tout le pays.

 
Pour les familles d’Andohagara, la situation est critique. La carrière a été fermée privant le quartier de son activité de subsistance et les cultures à croissance rapide (brèdes, oignons, arachides) ne sont pas encore en terre. 
Hery a repris l’école

Renvoyé du lycée pour avoir fumé du cannabis aux abords de l’établissement (lettre d’octobre), Hery a repris ses études dans une autre école. Nous avons longuement discuté avec lui et établi un contrat écrit, document visé par le Chef du Fokontany (autorité de quartier). Hery est un garçon de 17 ans, bon élève, motivé, vivant dans une famille perturbée et un quartier très difficile (Aranta). Il a de bons résultats scolaires et s’est rapidement intégré à son nouveau lycée. 
Vive les cantines !

43 des enfants bénéficiaires mangent à la cantine le midi (37 à Teen Mission et 5 à La Romance).

L’association paye 1 500 ariary le repas, soit 35 centimes d’euro.

Les enfants ont un plat correct (riz avec accompagnement de viande et de légumes) ainsi qu’un dessert (le plus souvent un yaourt). Et ils peuvent se resservir librement à volonté, ce dont ils ne se privent pas.

Les enfants disent avec un grand sourire : « C’est bon ». Quelle aubaine ! Pour les familles dont la préoccupation principale est de trouver à manger pour le lendemain, ces cantines sont une bénédiction.
Négociation avec Teen Mission

Les enfants d’Andohagara ont quitté l’école Mahavelona pour Teen Mission. La directrice de cette nouvelle école constate cependant le faible niveau scolaire des élèves. Elle avait pris seule la décision de rétrograder les enfants, parfois de 2 classes inférieures. Les parents ont logiquement protesté. Nous avons négocié. Finalement, Teen Mission va organiser un rattrapage scolaire intensif (notamment, savoir lire et écrire en début de primaire) durant trois mois. Ensuite, aucune rétrogradation ne pourra être effectuée sans l’accord des familles. Teen Mission est une école de qualité, mais son fonctionnement nécessite cependant notre vigilance et la forte l’implication des parents. 
Le courage d’Ella

C’est une jeune fille du quartier Abattoir. Elle vit avec sa maman et ses nombreux frères et soeurs dans une cour sous de vieilles moustiquaires avec deux autres familles. 40 personnes y vivent dans une misère indescriptible.

Ella entreprend une formation professionnelle en cuisine et pâtisserie.  Elle a pris l’initiative d’organiser une production de cakes, vendus par sa famille pendant qu’elle est en formation. Ella gère bien sa petite affaire, séparant le maigre bénéfice de l’argent nécessaire au renouvellement des produits, alors que beaucoup d’enfants autour d’elle n’ont pas à manger. Ella sera notre fournisseur pour les goûters de Noël des enfants bénéficiaires
.
La ville de Majunga se dégrade peu à peu. En dehors du centre-ville, aucun entretien des rues, de plus en plus défoncées, aucun assainissement. Les canaux forment des égouts à ciel ouvert.
La ville de Majunga se dégrade peu à peu. En dehors du centre-ville, aucun entretien des rues, de plus en plus défoncées, aucun assainissement. Les canaux forment des égouts à ciel ouvert.


Déficit probable de nos comptes
 
Notre résultat 2021, sauf bonne surprise de fin d’année, sera déficitaire d’environ 3 000 euros.

Nous avions obtenu un excédent de 1 244 euros en 2020. Nous avons poursuivi une légère augmentation du nombre des bénéficiaires (115 en 2021 au lieu de 101 en 2020).

Causes du déficit probable de 2021 : des frais de santé très importants (Covid, dengue, plusieurs hospitalisations), le coût de la scolarité en forte augmentation, les cantines, les formations professionnelles, …
 
 



Créer un site
Créer un site