Partenariat Scolarisation Majunga

                 Janvier 2022



Batsirai

Samedi 5 février, le cyclone intense Betsirai a frappé la côte sud-est de Madagascar, détruisant la majorité des constructions des zones impactées, coupant les routes, provoquant des inondations ravageuses.

Le bilan humain dépasse les 120 morts.

Les médias internationaux en ont beaucoup parlé. Soulignons cependant que la région de Majunga n’a pas du tout été concernée. Le jour du cyclone, il y a juste eu une grosse averse, normale pendant la saison des pluies.
 
Janvier escamoté dans les écoles

Les écoles de Majunga sont restées fermées pendants deux semaines de janvier : d’abord à cause du Covid, puis à cause du cyclone (décision nationale, alors que la région de Majunga n’en a pas souffert du tout).  Cela n’a pas empêché les établissements scolaires d’exiger le paiement de l’intégralité des écolages, sous peine de renvoi des élèves concernés.
Rencontres avec les familles

En janvier, nous avons provoqué des réunions avec nos bénéficiaires (parents et adolescents) dans chacun des trois quartiers d’interventions. Trois points dans les discussions :

le Covid et la vaccination, les actes de naissance, écouter les parents.

Ces rencontres régulières favorisent les échanges entre les familles. Chacun s’y exprime librement sur ses préoccupations, donne aussi son point de vue sur l’action de l’association.
Trouver chaque jour de quoi manger

C’est le quotidien des familles ; arriver à se nourrir chaque jour et surtout à faire manger les enfants. L’arrivée tardive des pluies prive les familles d’Andohagara de légumes à vendre. Les autorités continuent de restreindre la liberté de vendre sur les marchés. Les fortes pluies arrivées en janvier rendent les déplacements difficiles.

La misère gagne les quelques familles qui s’en sortaient un peu mieux. Ainsi, la maman de Finoana, bénéficiaire d’une aide à ses projets de maraichage, avait réussi en 2020 à acheter 4 chèvres. Elle a dû en revendre 2 pour nourrir ses enfants et craint de devoir vendre aussi les autres. Le prix du riz a beaucoup augmenté. La vie est de plus en plus dure pour les familles. 
Actes de naissance

Nous avons décidé de refaire une opération « copies d’actes de naissance », constatant que quelques enfants bénéficiaires, récemment arrivés dans l’association, n’en disposaient pas. Les « copies » sont exigées pour passer les examens scolaires. Elles permettront aussi ensuite de pouvoir établir une carte d’identité.

Nous avons profité des rencontres collectives pour identifier de façon plus précise les besoins qui s’avèrent bien plus importants que nous le pensions.

Si nos enfants bénéficiaires en disposent maintenant en grande majorité, ce n’est pas le cas des frères et sœurs, ni le plus souvent des parents. Certains ont déjà eu un acte de naissance, mais ils l’ont perdu. Etant nés très loin de Majunga, récupérer une copie s’avère quasiment impossible.
 
Vaccination ?
La vaccination gratuite contre le Covid est actuellement disponible à Majunga. Nous savons par des amis médecins qu’il y a beaucoup de malades à Majunga, y compris parmi nos bénéficiaires, et même si les autorités ont décrété un black-out sur les résultats des quelques tests effectués. Nous souhaitions en discuter avec les familles, échanger les informations, les arguments pour ou contre, chacun se déterminant ensuite. La majorité des parents ne veulent pas se faire vacciner. Parfois avec une logique respectable, mais d’autres fois aussi avec des idées surprenantes : le vaccin vise à stériliser les femmes et les hommes ; c’est une opération des pays riches visant à réduire la population des pays pauvres par la stérilisation ou en tuant les gens ; le Covid, ça n’existe pas ; ce n’est pas un vaccin puisqu’on peut attraper le Covid en étant vacciné et donc ça cache autre chose ; … Quelques uns hésitent car ils craignent que la vaccination devienne obligatoire et payante et qu’ils ne pourraient plus se rendre dans un bureau sans être vacciné. 
La population est très réticente à se faire vacciner
La population est très réticente à se faire vacciner
Du riz pour tous

Solidarité Enfants du Monde (SEM) a décidé d’étendre la distribution de riz à tous : 56 familles, au lieu des 43 qui en bénéficiaient jusqu’à présent. Cette mesure a été appliquée en janvier. Les familles remercient chaleu-reusement Solidarité Enfants du Monde. La distribution de fin janvier était un moment de joie et de fête pour les familles. La pauvreté s’est accentuée et cette généralisation de la distribution de riz (20 kilos par famille) est tout à fait justifiée.

Cette distribution joyeuse provoque un certain attroupement devant la boutique de notre vendeur qui a été interpellé par des politiciens locaux suspectant un groupe d’opposition de rechercher ainsi la sympathie de la population. 
 
 



Créer un site
Créer un site