Partenariat Scolarisation Majunga

              décembre 2020

Cette lettre est essentiellement consacrée aux comptes de l’association pour 2020. Une fois n’est pas coutume.

Notre résultat 2020 est satisfaisant : 18 120 € de recettes et 16 876 € de dépenses, soit un excédent de 1 244 €.

En 2019, nous avions eu un déficit de 2 770 €.  

100 parrains


Ce bon résultat est essentiellement dû à une augmentation du nombre des donateurs. Nous sommes exactement 100 personnes à avoir contribué au budget de l’association en 2020. Nous étions 85 en 2019.

Nous avons lancé une opération de collecte exceptionnelle pour la Covid par HelloAsso.

Nous avons également bénéficié des versements de 2 entreprises du secteur alimentaire et restauration, d’une collecte de nos amis musulmans finistériens, d’un legs lié à un décès dans une famille de donateurs, … 
L’argent part à Majunga

En France, l’association a dépensé 177 € : 83 € pour l’assurance obligatoire, 94 € pour les frais de virement vers Majunga. Soit 1,05 % du budget.

Les autres frais « français » (déplacements pour les réunions, fournitures de bureau, frais de poste) sont supportés à titre personnel par les membres du bureau. Nous tenons à cette réalité (l’argent part à Majunga) et à l’engagement bénévole des responsables en France.
PSM + SEM

Soulignons l’engagement fort de nos amis de Solidarité Enfants du Monde (SEM).

4 739 € engagés pour l’aide alimentaire des familles et les projets économiques en 2020 qui se rajoutent aux 16 876 € de dépenses de PSM.

Pour l’ensemble de nos actions à Majunga, nous (PSM et SEM) avons donc dépensé un total de 21 615 €. 

Le coût par bénéficiaire


103 bénéficiaires en 2020.

Donc un coût par enfant de 210 € par an, ou encore 17,50 € par mois.


Rappelons que ce budget finance la scolarisation complète dans 12 écoles différentes choisies par les parents, l’accès à la santé, les animations hebdomadaires, le soutien scolaire, l’accompagnement socio-éducatif intense, le soutien aux familles, les activités génératrices de revenus, etc.

Cette exigence d’efficience (rapport entre le coût et les résultats obtenus) était présente à la création de l’association. Nous y sommes restés fidèles.
Les salaires de l’équipe de Majunga

Nous avons créé 3 emplois à Majunga.

Myriam, coordinatrice, gagne 230 € par mois et les 2 animateurs 110 € (sur 13,5 mois).

Le salaire minimum à Madagascar est de 50 € officiellement, mais la majorité des emplois sont dans le secteur informel où les salaires pratiqués sont le plus souvent de l’ordre de 25 à 40 € par mois. 
Les évolutions

Ce sont nos dépenses de santé des enfants qui augmentent le plus. 2 122 € en 2020, soit une augmentation de 124 % en trois ans. Le coût des soins augmente, mais surtout les enfants y ont recours bien plus souvent. Nous arrivons peu à peu à vaincre les réticences des familles à se rendre chez le médecin. Il y a eu l’épidémie de dengue en 2020 et quelques grosses interventions chirurgicales qui ont sauvé des vies. Nous avons mis en place un système de carnet de santé de l’association qui permet aux enfants de se rendre librement chez les médecins. Nous n’avons constaté aucun abus, aucune tricherie. Les enfants et les familles sont respectueux de l’association.

De plus en plus d’adolescent –e-s bénéficiaires souhaitent s’orienter vers une formation professionnelle. Nous en avons eu 4 en 2020. Nous en aurons peut-être une dizaine en 2021. Cette démarche a beaucoup d’arguments en sa faveur pour trouver un emploi. L’offre de formations est assez conséquente à Majunga et leur qualité appréciable. Mais le coût d’une formation professionnelle est quatre fois supérieur à celui d’une scolarité. 

Un Noel joyeux
 


Nous avons fêté Noel avec les enfants entre le 21 et le 23 décembre, selon les quartiers.

Un grand moment attendu par les enfants pour se retrouver, danser et chanter, recevoir aussi du Père Noel un petit cadeau, le seul de l’année pour les enfants.

Cette année, nous avons offert des dictionnaires malgache-français aux collégiens.

Comme chaque année, les enfants avaient préparé l’événement en apprenant des danses, des chants. Ils avaient aussi décoré le local de l’association. 




ci-contre : Avotra, un enfant handicapé dont nous finançons la scolarité, a dansé avec le Père Noel
 

Ameline reste libre


C’est cette adolescente de 13 ans mariée de force par ses parents, violée par son « mari ».

Notre intervention a été difficile. La discussion a été tendue.

Finalement, nous avons réussi, en plein accord bien entendu avec Ameline, à faire annuler ce mariage traditionnel en rachetant sa liberté. L’association a reversé la dot donnée par son « mari ».

Ameline est retournée à l’école. Et surtout, elle vit désormais chez sa grand-mère, femme bienveillante, protectrice et aimante. 

Nous sommes heureux de l'issue de cette crise qui bafouait de la façon la plus scandaleuse les droits d'Ameline. 
La grand-mère dAmeline
La grand-mère dAmeline
 
 



Créer un site
Créer un site