Septembre 2017







Après quelques semaines de congés, Myriam et Hasina
ont repris le travail le 28 août
afin surtout de bien préparer la rentrée scolaire
(vers le 15 septembre pour les écoles privées,
e 2 octobre pour les écoles publiques). 
Hasina et Myriam ont une relation forte avec les enfants faite déchanges de confiance et aussi de rires
Hasina et Myriam ont une relation forte avec les enfants faite déchanges de confiance et aussi de rires
La préparation des fournitures adaptées aux 85 enfants demande un long travail
La préparation des fournitures adaptées aux 85 enfants demande un long travail
Préparation de la rentrée
Comme chaque année, nous avons reçu beaucoup de demandes de prises en charge dans les quartiers où nous intervenons. Il a été souvent difficile de dire non, tant la misère de certaines familles est criante.
Nous avons 12 écoles partenaires. Les formalités d’inscriptions ont été difficiles, surtout dans les écoles publiques : personnel (direction, secrétariat) absent, rendez-vous non respectés, erreurs dans les dossiers scolaires, … L’impression que, parfois, tout est fait pour décourager les familles d’inscrire leurs enfants à l’école. Ainsi, durant la semaine précédant la rentrée, des bureaux ouverts seulement entre 10 h et 11 h 30 …
Nous aurons 85 enfants scolarisés, provenant de 51 familles. Il convient de rajouter 8 autres enfants bénéficiaires : 2 en formation professionnelle, 2 enfants lourdement handicapés non scolarisés, 3 adolescentes jeunes mamans ou sur le point de l’être, 1 situation en attente. 

Distribution des cartables et des fournitures

Moment très attendu par les enfants, la distribution des cartables et des fournitures a eu lieu les 28, 29 et 30 septembre.

Nous en avons profité pour tenir des réunions avec les familles : rappel des règles du jeu, du rôle de l’association, de la responsabilité des parents ; la question du riz et des projets économiques (voir plus bas), réponses aux questions des familles, …

Jean Paul était présent et a animé ces réunions tenues dans une ambiance chaleureuse et conviviale. 
Ici la réunion dAndohagara le 30 septembre avec plus de 70 personnes présentes
Ici la réunion dAndohagara le 30 septembre avec plus de 70 personnes présentes
Le courage des familles

Les prix des produits de première nécessité ont beaucoup augmenté, suivant la hausse du prix du riz. Durant les visites à domicile de septembre, nous avons été frappés par le fait que la grande majorité des familles se démenait pour trouver de quoi vivre et aussi assurer une part des frais de scolarité des enfants.

Ainsi une maman seule, convalescente après une opération, avec 9 enfants à charge dont 4 en âge d’aller à l’école. L’association finance la scolarité de 2 enfants. La famille s’est organisée pour payer les frais des 2 autres. Les 5 enfants non scolarisés travaillent assidument à cet effet, l’un ouvrier journalier pour ramener la nourriture le soir à la maison, deux autres ont pour objectif de payer la scolarité des plus jeunes, les deux plus petits vendent tous les jours des légumes au marché pour financer les fournitures scolaires. 
La distribution du riz du samedi 30 septembre
La distribution du riz du samedi 30 septembre
Le riz et les projets économiques

Solidarité Enfants du Monde (SEM) finance la distribution de 25 kilos de riz par mois à 38 familles bénéficiaires. L’association avait voulu d’emblée apporter également un soutien aux projets générateurs de revenus. 13 familles en ont bénéficié (parasols à louer sur la plage, élevage de poules pondeuses, vannerie, cultures de légumes, vente de poissons, …).

Une décision concertée (entre SEM et PSM) a été prise de réduire le volume du riz distribué et d’accentuer le soutien aux projets économiques. A cause de l’augmentation du prix du riz, mais surtout dans une volonté de promouvoir l’autonomie économique des familles par leur activité. Nous avons réduit le riz distribué à 20 kilos (ce sera peut-être 15 dans un an) et nous avons informé les familles de la volonté de SEM de soutenir les projets économiques.
Ces annonces ont été très bien perçues. Moins d’assistance, davantage de responsabilité : cette démarche est pleinement partagée par la majorité des familles.
La peste

L’épidémie de pestes bubonique et pulmonaire en cours à Madagascar semble s’étendre.

Il nous est très difficile d’en avoir une vision réaliste, un climat de psychose, alimenté par une communication alarmiste des autorités, s’étant installé dans l’ensemble du pays. Officiellement 42 morts à ce jour (8 octobre). 10 régions touchées (sur 22). Ecoles fermées pour au moins 10 jours, rassemblements interdits, déplacements sous haute surveillance, …

A Majunga, aucun décès annoncé, opérations de nettoyage et de désinsectisation en cours. Pénurie de masques respiratoires et de Cotrim (l’antibiotique prescrit ici pour soigner la peste).

Bien entendu, nous suivons de très près et avec une certaine inquiétude les informations sur la question.
La petite Julia est atteinte dune affection grave à lépaule droite La famille refuse la médecine moderne et a fait appel à un guérisseur traditionnel
La petite Julia est atteinte dune affection grave à lépaule droite La famille refuse la médecine moderne et a fait appel à un guérisseur traditionnel
 
 
Créer un site
Créer un site