Partenariat Scolarisation Majunga

               novembre 2018

La rentrée scolaire a eu lieu le 19 novembre.
Le Ministère entend parvenir peu à peu à déplacer les « grandes vacances » pendant la saison des pluies (janvier et février). Ainsi, l’année scolaire qui vient de débuter doit durer jusqu’à fin août 2019. Cela laisse songeur : traditionnellement, c’est la fête nationale, le 26 juin, qui marque le terme effectif de l’année scolaire.

Nous aidons désormais 95 enfants : 93 scolarisés et 2 enfants handicapés non scolarisables à Majunga.
49 filles et 46 garçons.  
Répartition dans les quartiers : Andohagara 40 (dont les 2 enfants handicapés), Aranta 24, Belinta 21, Abattoir 10.
Les écoles partenaires

Les 93 enfants scolarisés sont inscrits dans 13 écoles différentes : 7 écoles privées et 6 écoles publiques.

L’année scolaire dernière à été catastrophique dans les écoles publiques : 4 mois de scolarité réelle au lieu des 9 mois prévus. Il y a eu un mois de « vacances de la peste », trois mois de grève des enseignants, un mois de congés non prévus, sous divers prétextes.

Nous avons proposé aux familles d’augmenter les inscriptions dans les écoles privées, à Belinta (école Salema) où l’école publique est particulièrement défaillante, les enfants bénéficiaires étant stigmatisés car issus de familles très pauvres, et aussi à Abattoir-Aranta avec l’école Papoose.
Ici, la réunion des familles de Belinta, à Petite Plage
Ici, la réunion des familles de Belinta, à Petite Plage
Réunion avec les parents

Comme chaque année à la veille de la rentrée scolaire, nous avons organisé des réunions des parents dans chaque quartier. C’est l’occasion de voir ensemble toutes les familles pour repréciser les objectifs et les activités de l’association (scolarisation, santé, animations, distribution de riz, projets économiques, …).

C’est l’occasion aussi pour les parents de donner leur avis, de poser toutes leurs questions. L’ambiance des réunions de novembre était particulièrement chaleureuse et conviviale. Nous débutons la sixième année scolaire. La majorité des familles se connaissent bien et s’expriment maintenant facilement. Ce fut enfin l’occasion pour les familles de rencontrer Jean Paul et d’exprimer leurs préoccupations.

Moment très attendu par les enfants, nous avons distribué les cartables neufs et les fournitures scolaires.
Animations

Les animations dans les 3 quartiers ont repris la dernière semaine du mois de novembre. Les enfants, très heureux de se retrouver, étaient tous présents, sauf à Aranta où 5 des anciens ont dû travailler encore le jour prévu.

Merci à Sarah

Sarah, kiné suisse, devenue une amie, a quitté Majunga après un an de travail acharné en faveur des enfants handicapés. Courage, compétence, empathie, profonde humanité. Veloma Sarah, mandapiona (à bientôt).

Sarah a soigné Martine et Séraphin, les deux enfants polyhandicapés d'Andohagara, d'une façon très continue pendant plus de 6 mois. 

Myriam et Hasina, les deux salariés de l'association, sont maintenant épaulés très régulièrement par des bénévoles (un jeune policier, un chirurgien dentiste, un parrain venant très souvent à Majunga, ...). Nous avons réussi aussi à établir des partenariats solidaires avec d'autres associations et services de la ville de Majunga. 
Ici, Sarah prodiguant les soins à Martine
Ici, Sarah prodiguant les soins à Martine
le repas des enfants dans la famille de Sandra
le repas des enfants dans la famille de Sandra
Sandra en formation professionnelle

Sandra a commencé concrètement sa formation en coupe et couture le 5 novembre dernier.

Cela faisait un an et demi qu’elle voulait faire une formation professionnelle.

Mais sa mère a accouché de jumelles début 2017. Sandra a dû rester à la maison pour s’occuper de sa grand-mère et de ses 8 frères et sœurs pendant que sa mère travaillait.

Depuis, les jumelles ont grandi  et ses petits frères, âgés de 6 à 10 ans, peuvent déjà préparer seuls le riz lorsque leur sœur et leur mère sont occupées.
 
Situation de nouveaux  bénéficiaires

Voici deux situations familiales d’Abattoir dont les enfants sont devenus des bénéficiaires.

La mère vend des patates grillées au bord de la route. Le père est parti. Elle a 11 enfants à charge. Ils vivent dans la grande pièce d’une maison en cours de construction avec 3 autres familles et utilisent des moustiquaires pour délimiter leurs espaces. Pour pouvoir aller à l’école, les années passées, les filles triaient des graines pour des commerçants indiens. Mais les patrons ont décidé de ne plus accepter le travail des mineurs. Cette décision a poussé la plupart des filles de ces familles à abandonner l’école et à se prostituer pour survivre.
 
Mère seule avec  4 enfants à charge, âgés de 7 à 13 ans. Elle travaille comme lessiveuse. Mais ses mains se sont couvertes de plaies infectées. Ne pouvant pas de soigner, elle s’est trouvée sans ressources. Les enfants ont du abandonner l’école. Les enfants ont été nourris par des gens qui ont pitié d’eux et par leur tante, également très pauvre. Cette dernière nous a dit, culpabilisée par la situation, qu’elle ne pouvait que les inviter à manger de temps en temps.
Enfant bénéficiaire d'Aranta, Sheila a été opérée d'une appendicite fin novembre
Enfant bénéficiaire d'Aranta, Sheila a été opérée d'une appendicite fin novembre
Nous allons remplacer cette maison d'une famille bénéficiaire d'Andohagara
Nous allons remplacer cette maison d'une famille bénéficiaire d'Andohagara
 
 



Créer un site
Créer un site