Partenariat Scolarisation Majunga

                                            Mars 2019

Renforcement de l’équipe salariée

Du  fait d’une augmentation de la charge de travail, un appel à candidature pour un  animateur a été diffusé auprès de l’inspection du travail de Majunga ainsi que par internet auprès d’écoles spécialisées à Tananarive. Le recrutement est en cours.


8 mars : journée internationale du droit des femmes

Cette année, cette journée a réuni à Mahajanga des délégations de femmes venues de toutes les régions de Madagascar avec la présence de la première dame, Mme Mialy Rajoelina.

Au programme : Discours officiels, défilé des femmes de toutes les ethnies en costumes traditionnels, exposition des réalisations faites par les femmes.
Charbonnière à Betsako en zone de mangroves
Charbonnière à Betsako en zone de mangroves


Vers la suppression du charbon de bois ?


La déforestation s’accélère à Madagascar, phénomène lié notamment à la fabrication du charbon de bois nécessaire à la cuisson des aliments.

Suite à une loi de 2016, un arrêté régional veut règlementer sa fabrication et sa vente. La loi n’est pas appliquée et les forêts, en particulier les mangroves, disparaissent mettant en péril les ressources naturelles du pays.

L’idée est d’imposer l’usage de l’éthanol dont le prix est hors de portée de la majorité des malgaches et dont la production se fera par une entreprise appartenant à la première dame … 
Décès de la maman d’Angelo

La maman s’est noyée en traversant les chenaux dans le quartier d’Aranta, situé dans une zone de mangroves inondée à marée haute. Elle élevait seule ses 3 enfants, sans maison, vivant sous un appentis. Elle était séparée de son mari (alcoolisme du couple, violences). La plus âgée des filles (13 ans) était envoyée se prostituer pour pouvoir manger.
L’association va essayer de voir avec le papa afin qu’il puisse s’occuper de ses enfants.
La prostitution de mineures

Plusieurs adolescentes bénéficiaires se prostituent occasionnellement à Aranta et Abattoir. Prostitution de misère, encouragée par les familles. Phénomène récurrent à Madagascar. Nous en parlons avec les filles concernées, malgré toutes les difficultés d’aborder le sujet, en espérant qu’elles cheminent et y renoncent.  

Abandon scolaire de plusieurs enfants bénéficiaires à Andohagara

Plusieurs enfants bénéficiaires soufrent de violences physiques ou verbales de la part des enseignants, leur reprochant aussi de bénéficier de l’aide de l’association.

Il est difficile pour les familles de réagir car, dans la tradition Antandroy, on doit respect voire soumission à l’ainé ou au supérieur.

Une réflexion est en cours pour leur permettre d’aller dans d’autres écoles plus éloignées de leur domicile. 

Le potager scolaire de l’école d’Andohagara

Piloté par Julie, une de stagiaires belges, avec la participation de toutes les classes, il connait un résultat provisoire mitigé : seules les courges, courgettes et citronniers ont poussé.

Certaines graines n’ont pas germé, d’autres (haricots et concombres) ont été dévorées dès le début de germination.
Programme de bien être auprès des mamans 

Julie s’est chargée aussi de ce programme.
  • Fabrication de balais avec des bouteilles plastiques de récupération.
  • Fabrication de serviettes hygiéniques lavables en tissus et protection avec du plastique récupéré sur de vieux parapluies.
  • Cette activité a été l’occasion de parler d’hygiène et de sexualité avec les mamans et les jeunes filles.
    Programme de sport organisé par Melek la 2ème stagiaire
  • Rugby à Andohagara,
  • Piscine de l’école St Gabriel : 12 collégien(ne)s de Belinta et d’Aranta y participent. L’association leur a acheté maillots et bonnets de bain.
  • Soutien scolaire

    Nous avons fait appel à Lanto, enseignante, pour 15 enfants (primaire et collèges). 2h/ semaine en français, malgache et histoire-géographie.
    Va et vient

    Jucquot a terminé son stage de trois mois à la fin mars.
    Julie et Melek, les étudiantes belges, sont reparties à Bruxelles le 15 avril.
    Jean Paul est arrivé à Majunga le 20 mars pour un séjour de deux mois. 

    Correspondance avec des enfants basques

    Jean René, « parrain » basque a initié une correspondance entre des enfants de St-Jean De Luz et des enfants de l’EPP Firaisana, à Abattoir.

    Les enfants français ont aussi financé une estrade dans une salle de classe malgache.

    Jean René est reparti fin mars avec une cinquantaine de lettre des enfants malgaches.
     
     



    Créer un site
    Créer un site