Partenariat Scolarisation Majunga

                                                   Mai 2018

Grèves

Les enseignants des écoles publiques sont en grève. Les syndicats demandent des augmentations de salaire. Les grévistes mettent la pression et menacent les quelques écoles ouvertes. La situation est tendue.
Animations

Les écoles étant fermées, les enfants trainent dans les quartiers.
Depuis quelques mois déjà, des groupes d’adolescents s’organisent pour voler et agresser les habitants dans plusieurs quartiers.
En accord avec les parents et les enfants eux-mêmes, nous avons augmenté le nombre d’animations pour répondre à cette situation. Nous avons donné priorité aux collégiens. Deux sorties ont ainsi été organisées, en plus des animations habituelles.
La première était une rencontre avec les élèves du Lycée privé Daniel de Tananarive qui a présenté les travaux des élèves dans l’Hôtel de Ville de Majunga. L’exposition était centrée sur les techniques. Nos bénéficiaires se sont montrés très intéressés, les garçons davantage par l‘électricité et la chimie. Les filles semblaient très motivées par l’informatique. Autant de découvertes pour nos adolescents.
La deuxième a été constituée par la visite du Collège Français Françoise Dolto à l’occasion d’une porte ouverte.
Etait-ce une bonne idée d’envoyer nos bénéficiaires visiter « l’école des riches », comme ils la nomment ? Nous nous sommes posé la question.
En arrivant au collège, ils ont remarqué avec appréhension tous les gros 4x4. Puis la visite a commencé. Nos ados ont rencontré des élèves du collège. Et le ton a changé : « Ce sont des enfants comme nous ». Puis en voyant l’expo d’arts plastiques : « Nous aussi, on peut faire ça ». Au final, nos ados sont ressortis avec une confiance renforcée dans leurs capacités. Ils ont dit : « La différence, c’est qu’ils ont la chance d’avoir du matériel et des locaux très grands et bien aménagés ».
La grand-mère de Jessé et les potirons

Elle a fini de nettoyer son terrain et planté les maniocs.

Nous lui avons dit que Solidarité Enfants du Monde cultivait des potirons pour financer ses projets. Cela l’a beaucoup intéressée.

Myriam avait ramené des graines en 2017.

De fil en aiguille, ils sont maintenant plusieurs maraîchers à les faire pousser !
Ici, c'est un plant de manioc
Ici, c'est un plant de manioc
C'est un travail très répandu pour les enfants - ramasser des petits morceaux de charbon
C'est un travail très répandu pour les enfants - ramasser des petits morceaux de charbon
Milamina et Valérie

C’est une femme seule avec 7 enfants à charge. Elle vend des patates et de la canne à sucre pour faire nourrir ses enfants. Mais son loyer a augmenté. Elle n’a plus aucune ressource pour ses semences. Elle nous a dit : « On mange le riz une fois par jour et c’est tout. Heureusement, il n’y a pas d’école en ce moment : les enfants partiraient sans rien dans l’estomac ». Milamina et Valérie, les deux enfants bénéficiaires, ramassent des restes de charbon dans le quartier. Elles fouillent les bacs à ordures pour trouver de vieilles sandales dont se servent les pêcheurs. Le sachet de charbon est vendu 200 ariary (6 centimes) et la sandale 100 ariary.
Les semelles des veilles sandales servent de flotteurs pour les filets de pêche
Les semelles des veilles sandales servent de flotteurs pour les filets de pêche

Visites chez le dentiste


Les enfants d’Aranta et d’Andohagara ont terminé leurs visites chez le dentiste durant ce moi de mai.

Tous, sauf 5 garçons qui disparaissent à chaque fois qu’ils doivent y aller …

Les enfants de Belinta et d’Abattoir commenceront les visites le 15 juin.
 
L’accès la santé est un axe important de notre activité

Les enfants sont soignés gratuitement au Dispensaire Fanantenana et au Centre Bardelli. Nous travaillons également avec le Docteur Philibert, chirurgien dentiste. Nous distribuons du dentifrice et des brosses à dents. Nous faisons régulièrement des sensibilisations à la bonne hygiène bucco-dentaire. 
Les mamans bénéficient également de soins gratuits en cas d'urgence évaluée par Myriam et Hasina. 
Se soigner coûte très cher pour les familles bénéficiaires. 
L'hôpital a mauvaise réputation, la corruption y est très présente. 
Plusieurs familles préfèrent, par tradition culturelle, faire appel aux guérisseurs ou à la prière. 
Arrivée de Julie et Théophile

Julie et Théophile sont deux étudiants de « Sup'Ecolidaire », école supérieure de Lyon axée sur l’écologie et la solidarité.
Ils vont effectuer un stage qui fait partie de leur parcours de formation au sein de l’association à Majunga  jusqu’à fin juillet.
 
 



Créer un site
Créer un site