Partenariat Scolarisation Majunga

                  Juillet 2018

Ambiance pré-électorale

Le premier tour des élections présidentielles et législatives se tiendra le 7 novembre. Les ténors politiques se placent dans la course, rivalisant de démagogie et de manœuvres en tous genres. Période délicate avec une recrudescence du grand banditisme. La population demeure indifférente, juste intéressée par les distributions d’argent et de tee-shirts …
Fin d’année scolaire catastrophique

Ce sont les vacances, à Madagascar comme en Europe.
Les écoles publiques sont restées en grève jusqu’au bout. Les enfants n’ont pas eu cours depuis début mai. La rentrée étant prévue le 19 novembre ( !), cela fera plus de 6 mois sans mettre les pieds à l’école. Nous assistons à la déliquescence de l’enseignement public.
Devons-nous nous tourner davantage vers l’enseignement privé ?
Les notes obtenues aux premier et deuxième trimestres ont servi de repère pour déterminer les élèves qui vont passer en classe supérieure.

Les examens (certificat d’étude, brevet, baccalauréat) doivent se dérouler sous « protection » de la police, de peur que les syndicats des enseignants en perturbent le déroulement.
Animations

Nous avons cherché à multiplier les animations dans les quartiers, afin de lutter contre les effets de l’oisiveté des enfants se trouvant en vacances forcées.
Cela est très difficile à Aranta. Les enfants travaillent tous. Les garçons accompagnent les pirogues en mer ou sont porteurs d’eau. Les filles vendent des poissons ou des légumes en ville.
Maisons

Nous avons décidé de financer la réhabilitation de deux maisons particulièrement dégradées : celle de la maman de Lynda à Belinta et celle de la maman de Nirina à Aranta. Les toits des deux maisons n’existent quasiment plus, les poteaux de bois et les murs  sont pourris.
La règle est que l’association achète les fournitures et que les travaux soient réalisés par la famille et son entourage.

Pour la première fois, nous nous sommes heurtés à l’impossibilité pour une famille (la maman de Nirina) d’effectuer les travaux. Il y a très peu de solidarité et d’entraide à Aranta. La maman est une jeune femme seule avec 4 enfants. Son entourage lui a demandé 60 000 ariary (17 €) pour effectuer les travaux, somme dont elle ne peut disposer.
Nous avons passé 3 matinées à travailler avec elle à la réhabilitation de la maison.
Départ de Julie et de Théophile

Nos deux étudiants de Sup’Ecolidaire à Lyon, sont repartis. Ils ont participé quotidiennement aux visites à domicile, aux animations, donné des cours de français, accompagné les enfants dans les rendez-vous de santé, …

L’accueil de trois jeunes belges est prévu au premier trimestre 2019.

Nous sommes favorables à l'accueil de stagiaires. Cela leur permet de participer concrètement à l'action de l'association. Les bénéficiaires, enfants et parents, sont très accueillants, fiers aussi que des étrangers s'intéressent à leur vie. Ces séjours élargissent le réseau de nos partenaires. C'est un regard extérieur qui enrichit nos pratiques. 

Nous avons également pris l'habitude de travailler avec des internes en médecine (étudiants européens en stage à Majunga) ainsi qu'avec les volontaires du centre Aina Vao. C'est ainsi tout un réseau de collaboration qui s'est mis en oeuvre.

 
Distribution de vêtements

Au fil des voyages des uns et des autres, nous recevons des dons de vêtements, fournitures scolaires, jeux et jouets. En ce mois de juillet, nous avons pu distribuer des vêtements à tous les enfants. Les jeunes de 12 à 16 ans étaient très contents : ils ont eu des habits leur convenant. D’habitude, nous avons surtout des vêtements pour bébés ou pour les adultes.

Photo ci-contre : la préparation de la distribution. 


Nous sommes donc preneurs de vêtements pour les enfants de 6 à 16 ans (adaptés à la chaleur de Majunga), de jeux (société, ballons, ...), de jouets, de fournitures scolaires, de produits d'hygiène, de mécidaments, ..

La difficulté est l'acheminement. En pratique, nous sollicitons les voyageurs que nous connaissons pour prendre 15 ou 20 kilos en bagage. 
Tongasoa

Tongasoa (traduction : Bienvenu) est aujourd’hui un jeune de 17 ans, aidé par l’association depuis 5 ans après avoir abandonné l’école. Ses deux parents sont décédés. Il vit chez son oncle et sa tante qui ont 7 enfants. Tongasoa travaillait par manque de moyens pour lui payer l’école.

Il s’est avéré excellent élève. Il aspire maintenant à faire une formation professionnelle. Nous allons lui financer cette dernière étape avant son autonomie.


La question de la formation professionnelle se pose pour quelques jeunes bénéficiaires, maintenant âgés de 14 à 16 ans. D'autres souhaitent poursuivre leurs études, passer le baccalauréat, faire des études supérieures ... Bien évidemment, nous allons individualiser nos réponses en répondant positivement aux aspirations des jeunes.
Avant dêtre scolarisé, Tongasoa passait ses journées à arroser les cultures de son oncle
Avant dêtre scolarisé, Tongasoa passait ses journées à arroser les cultures de son oncle
 
 



Créer un site
Créer un site