Partenariat Scolarisation Majunga

                                            Janvier 2019

Epidémie de rougeole

L’épidémie de rougeole a continué en ce mois de janvier. Beaucoup de nos enfants ont été atteints. Aucun décès, mais de fortes fièvres. Le Ministère de la Santé a obligé les écoles à vacciner tous les enfants scolarisés. Début février, le pic de l’épidémie semble passé.
Tempête tropicale à Majunga
Une très intense période de pluies tropicales a  touché la moitié nord de Madagascar. La perturbation n’a pas été classée comme cyclone. Elle en a eu cependant toutes les caractéristiques : très fortes pluies, vents violents, inondations.

Les quartiers périphé-riques de Majunga ont été inondés : Aranta, Tsararano, Mahavoky, Fiofio, …  Le bord de la mer de Majunga n’a pas été épargné.
Une des familles d’Aranta a été particulièrement sinistrée, la famille de Josiane et Nirina. L’eau est montée de 50 cm dans la maison. Les feuilles de satrana du toit se sont envolées.
Une autre maman nous a raconté que, pendant la tempête, sa seule préoccupation a été de tenir ses enfants contre elle  pour qu’ils ne soient pas emportés par l’eau. Tout ce qui était dans la maison (vêtements, marmite, assiettes, …) a été emporté par le courant.
Nous avons distribué des vêtements d’urgence pour que les enfants puissent aller à l’école. Nous allons aussi intervenir sur les maisons.
Sauver Jean Cris

Clerette est une fillette, nouvelle bénéficiaire d’Andohagara. Elle est venue nous parler pendant l’animation, un vendredi, pour nous dire que son petit frère était malade et qu’il était très faible.

Nous avons aussitôt pensé à la rougeole : la moitié des enfants du quartier était atteinte par l’épidémie.

Puis, nous avons  découvert l’enfant, avec effarement. Il a 2 ans, il pèse 5 kilos (le poids de référence à 2 ans est de 12 kilos). Totalement dénutri, très amaigri, il n’arrivait plus à se mettre debout.

A commencé alors une longue négociation pour le faire soigner en urgence. La maman est défaillante. Très pauvre, vivant seule avec 5 enfants, à nouveau enceinte. Elle vend de l’ail au marché et laisse ses enfants seuls à la maison, sans nourriture. Si elle réussit à vendre quelques gousses d’ail, elle ramène un peu de riz à la maison.

Le dispensaire a donné des compléments alimentaires d’urgence et a estimé que la situation de Jean Cris relevait du Centre de Nutrition intensive installé à l’hôpital d’Androva. Le grand-père habite le quartier. Il représente l’autorité dans la famille. Son intervention a permis l’hospitalisation de Jean Cris. Ce sera un combat de longue haleine : plusieurs mois de soins pour que l’enfant retrouve une santé correcte, un suivi intensif auprès de la maman. Dans l’immédiat, il y avait danger de mort.

Jean Cris a été hospitalisé une dizaine de jours au centre de nutrition intensive. Les analyses ont révélé une tuberculose pulmonaire. Néanmoins, l'enfant a repris près de 2 kilos en 10 jours. 

Nous tentons maintenant d'assurer une poursuite des soins, prises de médicaments pour la tuberculose, nutrition correcte, ... 

Ses frères et soeurs, plus âgés que lui, sans être dans un tel état critique, ont néanmoins également besoin de compléments alimentaires.
 

Arrivée des étudiantes belges
 
Julie et Melek sont arrivées le 28 janvier pour un stage de 3 mois dans l’association. Julie va travailler avec les enfants sur un potager biologique collectif des enfants, le soin et bien-être avec les mamans et l’hygiène et la  sexualité pour les jeunes filles.

Melek interviendra surtout pour développer le sport : rugby, natation, ping-pong. Les activités amorcées par Julie et Melek seront poursuivies après leur départ, fin avril.

Les enfants et les familles sont toujours aussi accueillants pour les personnes venant de l'extérieur, très heureux que des étrangers s'intéressent à leur vie. Ils s'en trouvent valorisés. 
Aux stagiaires et aux visiteurs d'être dans une attitude d'écoute et de respect. Nous y veillons.

Sur la photo de gauche : Julie préparant le terrain du potager avec les enfants d'Andohagara
Chantiers

Plusieurs maisons des familles des enfants bénéficiaires ont été touchées par la tempête. Nous avons trois priorités pour des travaux urgents (l’association fournit les matériaux et la famille – aidée souvent par l’entourage - réalise les travaux). Construire une maison de 4x3 mètres, à ossature en bois, revient à environ 150 € (prix des matériaux).
La maison de Nirina à Aranta toiture à remplacer
La maison de Nirina à Aranta toiture à remplacer
La maison de Clerette. La maison actuelle mesure 2x2 mètres pour 6 personnes. Le satrana est pourri. Nous allons faire une nouvelle maison.
La maison de Clerette. La maison actuelle mesure 2x2 mètres pour 6 personnes. Le satrana est pourri. Nous allons faire une nouvelle maison.
Voici ce qui reste de la maison de Jessé après lincendie de décembre.
Voici ce qui reste de la maison de Jessé après lincendie de décembre.
 
 



Créer un site
Créer un site