avril 2017

L’eau manque déjà à Majunga. Il y a eu très peu de pluies cette année entre décembre et mars. Maintenant, c’est la saison sèche pour de longs mois. Les familles cherchent avec inquiétude de nouvelles activités pour réussir à nourrir leurs enfants. 
Action économique :
des parasols pour deux mamans


Deux mamans de Belinta sont des gardiennes de parasols sur la plage.

Nous avons décidé de leur donner deux parasols chacune (coût total : 120 000 ariary – 35 €).

Devenant ainsi propriétaires, l’argent de la location aux vacanciers leur revient entièrement, sauf la cotisation de 1 000 ariary par jour à l’association de gestion de la plage.

Elles peuvent ainsi gagner environ 10 000 ariary (3 €) par jour lorsque la plage est bien fréquentée.
Les mamans sont très heureuses - Un parasol bien protégé pendant les pluies peut durer une dizaine dannées
Les mamans sont très heureuses - Un parasol bien protégé pendant les pluies peut durer une dizaine dannées
Cultiver, produire et vendre

Une maman d’Andohagara a cultivé des pistaches, des lentilles, du maïs, du manioc et des pastèques. Elle nous a montré sa parcelle avec une fierté retrouvée. Elle a pu récolter deux sacs de 50 kilos de lentilles et deux sacs de 80 kilos de pistaches.

Elle va en garder une partie pour les semences de l’année prochaine. Le principal sera vendu : 1 700 ariary le kilo de pistaches, 2 800 ariary le kilo de lentilles. L’argent sera investi pour élargir son fonds de petit commerce de riz et de graines.

Bref, c’est toute une activité économique complète, réfléchie et résolue. 
Elodie et Laura en visite à Séraphin - petit enfant handicapé que nous suivons depuis trois ans
Elodie et Laura en visite à Séraphin - petit enfant handicapé que nous suivons depuis trois ans

Elodie et Laura


Elodie et Laura, jeunes médecins, sont responsables de l’association Solidarité Internationale Madagascar, amies et partenaires de nos actions.

Elles étaient à Majunga en avril.


Elles ont participé aux visites à domicile dans les quatre quartiers, aux animations à Andohagara et à Aranta, aux échanges avec les familles et les enfants.


Ces visites nous sont extrêmement bénéfiques. 
Un grand pas en avant

Les enfants grandissent. Les 13-16 ans sont maintenant nombreux. Ce sont des adolescents faisant leurs premiers pas vers la vie amoureuse et sexuelle. Sujet important, le plus souvent tabou dans les familles.

Après beaucoup d’hésitations, nous avons réuni les parents dans chaque quartier pour en parler. A notre grande surprise, les parents ont été tous d’accord pour que nous fassions des séances d’information et de prévention sur la sexualité avec leurs enfants devenus des adolescents. Signe de grande confiance.

Une première séance d’information a eu lieu le 22 mai, animée par une sage-femme du centre de santé Fanantenana. Les filles d’abord, puis les garçons. En présence de représentants des parents, Elodie et Laura, Hasina et Myriam. Les ados étaient très contents, enthousiastes, curieux, parlant très facilement, posant bien des questions.

Nous avons constaté qu’aucune des filles n’a jamais pu parler de ces sujets au sein de la famille, du changement de leur corps, de l’hygiène, … 
Les garçons étaient aussi très intéressés et attentifs
Les garçons étaient aussi très intéressés et attentifs
Odilon

C’est un petit garçon de huit ans, victime de sévices de ses camarades à l’école. Les autres enfants l’ont plongé entièrement dans la boue avec son cartable, puis lui ont volé ses cahiers et ses stylos.

Sa maman lui a demandé ce qu’il s’était passé et pourquoi il n’avait rien dit à la maitresse.

Odilon a répondu : « J’ai pensé que tu serais fâchée et que tu irais voir ces enfants et la maitresse. Cela ferait des histoires. J’ai la chance d’aller à l’école, je ne veux pas être renvoyé. C’est pour ça que je n’ai pas répondu aux autres enfants ». 



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement